AFRICADOC PRODUCTION

Sorry this page doesn't exist in english

 

De SAINT-LOUIS (Sénégal) à TAMATAVE (Madagascar), un programme de formation et d’accompagnement de producteurs de films documentaires de création africains.

 

Lieux de l’action :

• Saint-Louis (Sénégal) et Tamatave (Madagascar)

 

Les 21 pays et les 3 régions qui bénéficieront de l’action :

• Afrique de l’Est (6 pays) Burundi, Comores, Djibouti, Madagascar, Maurice, Rwanda

• Afrique centrale (6 pays) Cameroun, Congo, Gabon, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Tchad

• Afrique de l’Ouest (9 pays) Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo

 

Résultats estimés :

• Professionnalisation de 42 producteurs originaires de 21 pays d’Afrique de l’Ouest, de l’Est et centrale.

 

Les Partenaires de l’action :

• Ardèche Images (France)

• Dakar Images (Sénégal)

• Les Films de l’Atelier (Sénégal)

• Endémika Films (Madagascar)

• Lumière du Monde (France)

 

Ce projet complète et prolonge les activités mises en œuvre en Afrique depuis 2002 par Ardèche images en faveur du documentaire africain, dont notamment les Rencontres Tënk de coproduction du documentaire africain (Sénégal), devenues un rendez-vous de coproduction incontournable du documentaire africain. Ces rencontres permettent chaque année à une trentaine de jeunes réalisateurs africains de présenter un projet de film issu des résidences d’écriture Africadoc menées tout au long de l’année dans différents pays. Des professionnels africains et européens (producteurs, diffuseurs et financeurs) y assistent dans le but de développer ces projets en coproduction.

 

Deux types d’accompagnement des producteurs indépendants de documentaires vont être mis en place dans le cadre d’AFRICADOC PRODUCTION : d’une part, un renforcement de leur formation à la production leur permettant d’exercer leur métier avec les mêmes outils et connaissances que leurs homologues européens, et d’autre part, la création, à Saint-Louis du Sénégal, d’une pépinière d’entreprises spécialisées dans la production de films documentaires.

 

Les producteurs, une fois formés, seront à même de fournir un accompagnement professionnel en termes économiques et artistiques aux auteurs-réalisateurs de films documentaires de création. L’action attachera une attention particulière à ouvrir à plus de femmes l’accès au métier de la production. En outre, dans un souci de démocratisation de l’accès à l’enseignement, la formation aux fondamentaux de la production sera gratuite et prise en charge par le projet.

 

Les bénéficiaires du projet

42 producteurs ayant encore une expérience insuffisante de la production de films documentaires mais ayant déjà produit un documentaire de création, la majorité d’entre eux ayant déjà participé à une résidence d’écriture Africadoc ou aux Rencontres Tënk de coproduction du documentaire africain ; les auteurs/réalisateurs accompagnés dans leur projet, les coproducteurs, les techniciens, les diffuseurs et les publics des films documentaires produits.

 

Les résultats attendus

- Professionnalisation, accompagnement et renforcement de 42 producteurs originaires de 21 pays d’Afrique de l’ouest, de l’est, et centrale pour qu'ils ou elles soient capables de soutenir les auteurs en phase de développement artistique (amélioration des capacités techniques et capacités de gestion) ;

- Accompagnement de jeunes auteurs/réalisateurs dans le développement de leur projet ;

- Mise en relation des professionnels de l'audiovisuel (producteurs, diffuseurs, institutions) ;

- Professionnalisation et développement de la production documentaire en Afrique de l’ouest, centrale et de l’est.

 

Les activités du projet

- Six sessions de formation s’adressant à 42 producteurs indépendants de films documentaires de création, réparties sur la durée de l’action au Sénégal (Saint-Louis) et à Madagascar (Tamatave) : chaque formation débutera 4 semaines avant l’une des Rencontres Tënk de coproduction du documentaire africain. La participation des producteurs et des auteurs qu’ils accompagnent aux Rencontres Tënk permettra aux auteurs de présenter leur projet devant un panel d’une cinquantaine de producteurs, de diffuseurs, d’institutionnels et de journalistes d’Europe et d’Afrique. Lors de la formation, les producteurs auront l’occasion de rencontrer un certain nombre de responsables de Centres Nationaux de la Cinématographie (CNC) ;

 

- Mise en place d’une pépinière d’entreprises de production audiovisuelle à Saint-Louis (Sénégal) pour accompagner la création ou le développement de jeunes sociétés de production : cette structure d'accueil et d'accompagnement permettra à 6 jeunes producteurs indépendants (sélectionnés parmi les producteurs ayant suivi la formation) de développer et concrétiser leurs projets de films ;

 

- Constitution d’un répertoire des sociétés de production de films documentaires à l’échelle de l’Afrique de l’ouest, centrale et de l’est. Cet outil constitué tout au long de l’action rassemblera les données sur l’ensemble des producteurs participant au programme de formation, et sur des producteurs expérimentés. Ce répertoire permettra de faire paraître sur un même support et de rendre plus accessible le réseau des producteurs indépendants de films documentaires de création.

 

La durabilité de l’action

L’action permettra la professionnalisation de 42 producteurs indépendants africains et de 42 auteurs-réalisateurs et, par ce biais, favorisera la production de 42 documentaires, qui générera des emplois. En outre, les producteurs formés pourront à leur tour partager leur expérience avec les professionnels du secteur.

 

Le projet devrait permettre la constitution d’un groupe de professionnels capables de conseiller et de peser sur les décisions publiques de leurs Etats et fédération d’Etats (UEMOA, CEDEAO, COI). La réflexion entamée par ces professionnels pendant la mise en œuvre du projet va nourrir leur plaidoyer pour la mise en place de CNC dans chacun de leurs pays, la création et le développement de fonds de soutien paritaire (pour une transparence des décisions et des aides) et de sociétés d’auteurs permettant aux auteurs africains de toucher une rémunération pour la diffusion de leurs œuvres.

 

Les réunions annuelles des professionnels de la diffusion (salles de cinéma, cinémas itinérants, festivals, télévisions publiques ou privées) organisées dans le cadre du projet vont favoriser, sur le long terme, une réflexion commune sur les moyens financiers et stratégiques à mobiliser pour une diffusion plus large et concertée du film documentaire africain.

 

Le projet AFRICADOC PRODUCTION est financé par l'Union européenne avec le concours du Groupe des États ACP (Afrique Caraïbes Pacifique) - Programme ACP-UE d’Appui aux secteurs culturels ACP - 10e Fonds européen de développement - Référence : EuropeAid/133395/D/ACT/ACP, et le co-financement de la Région Rhône Alpes (France).

Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité d'Ardèche Images et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.