Les États généraux du film documentaire 2021 Journée Scam

Journée Scam


Le cinéma refleurit enfin les écrans et les temps sont au documentaire. Pas moins de vingt-six films au Festival de Cannes, avec de grands artistes qui se frottent à ce genre majeur – Marco Bellocchio, Shlomi Elkabetz, Charlotte Gainsbourg. Un grand journal américain commentant Nomadland, le film de Chloé Zhao distingué de l’Oscar 2021 du meilleur film soulignait qu’il « dégage la force du documentaire ».
Ici, à Lussas, on ne s’inspire pas de faits réels, on les respire.
Ici plus qu’ailleurs, cette réalité censée dépasser la fiction, on la prend à bras-le-corps.
La Scam, qui fédère auteurs et autrices de toutes les disciplines du réel, présente comme chaque année quelques perles extraites du cru 2021 des « Brouillons d’un rêve ». C’est l’une des plus anciennes bourses d’écriture, directement versée aux auteurs et autrices. Certains décèlent dans le mot brouillon les racines allemandes du bouillon de pâte à papier dont on fait les livres. D’autres exégètes y voient le bouillonnement initial des œuvres de l’esprit. L’histoire ne dit ni quand ni comment comme le « r » est apparu. De là à y voir le « r » de « rêve »…
Le rêve, allons-y. Métaphysique de la création : plus on le rêve et plus le film trouve son ancrage dans le réel. Pour traduire l’état d’esprit des jeunes de vingt ans au seuil de l’an 2000, je me souviens avoir fantasmé un personnage qui incarnerait les grandes tendances de sa génération, engagé et ouvert au monde, à contretemps du capitalisme triomphant, rompu à la précarité dont il aurait fait une force. J’en avais tracé les grands traits, dressé un portrait-robot imaginaire et puis j’ai rencontré Rachid. Syndicaliste chez McDo, il portait en lui tout cela et bien davantage. J’ai filmé Rachid dans le feu des manifestations altermondialistes à Gênes, puis à New-York où il allait retrouver son amie Yamina, à qui il voulait déclarer sa flamme. C’était en septembre 2001 et Rachid s’est retrouvé précipité dans le chaos des années 2000. J’avais rêvé Rachid, la réalité me l’a offert. Les films rêvés si forts deviennent souvent ceux auxquels on s’attache le plus.
On dit la même chose des enfants.

Rémi Lainé, réalisateur, président de la Scam