Les États généraux du film documentaire 2021 Journée Sacem

Journée Sacem


La Sacem s’associe naturellement à cette nouvelle édition des États généraux du film documentaire de Lussas. Aux côtés de celles et ceux qui donnent vie, par leur talent et leur travail quotidien, à la création documentaire, notre société y témoignera naturellement des liens forts qui unissent la musique et l’image.
Le réalisateur, le compositeur et le scénariste sont les trois auteurs d’une œuvre de cinéma ou de l’audiovisuel. La Sacem compte parmi ses membres un grand nombre de compositeurs de musique pour l’image ainsi que près de trois-mille-cinq-cents auteurs-réalisateurs. Nous leur apportons chaque année un soutien sans faille. L’aide à la création de musique originale se déploie ainsi à travers neuf programmes d’aide incluant le long métrage, le court métrage, le documentaire, la fiction et la série TV. Accompagner les carrières artistiques, favoriser la diffusion des œuvres et le renouvellement des répertoires, appuyer l’émergence de nouveaux talents et l’insertion des jeunes professionnels figurent parmi nos priorités. Cette année, plus que jamais, la Sacem s’engage à les accompagner.
Comme il est de coutume, la Sacem propose une journée « carte blanche » en l’honneur d’une créatrice ou d’un créateur de talent. Cette année, la journée consacrée à la compositrice Béatrice Thiriet sera riche d’échanges et de belles projections. En soirée, nous remettrons le Prix du meilleur documentaire musical à À la recherche de la musique de l’Antiquité de Bernard George. La veille, le public aura également eu le bonheur de découvrir ou redécouvrir le film Living with Imperfection d’Antoine Polin, soutenu par la Sacem.
Rendez-vous incontournable du cinéma documentaire, ces six jours de festival honoreront ainsi la création musicale qui y est dédiée, à travers une programmation de grande qualité.
Excellent festival à toutes et tous !

Patrick Sigwalt
Compositeur, Président du Conseil d’administration de la Sacem


Compositrice de formation classique contemporaine, a priori rien ne me destinait à écrire de la musique de film. J’ai été « découverte » au cinéma par Pascale Ferran, qui m’a commandé la musique originale de Petits Arrangements avec les morts, son premier film. 
J’ai ensuite écrit la musique originale d’une cinquantaine de films, longs métrages de fiction dont Lady Chatterley, Toute la beauté du monde, Les Invités de mon père, ou de documentaires, Un spécialiste, Les Barrières de la solitude, L’Albatros au cœur de la tempête… 
J’ai aussi réalisé un document filmé (moyen métrage) à la demande de France Télévisions, La Lettre de Mourad, qui est projeté en amont de mon oratorio également intitulé La Lettre de Mourad, commande du Vingtième Théâtre et du Forum des images.  
Récemment, j’ai créé une lettre de confinement pour répondre à l’appel de la Cinémathèque française à ses membres artistes pendant le confinement, Le Jour d’après
Je suis donc bien placée pour parler des relations entre la musique et l’image.
La musique et l’image créent une partition unique à chaque projet de film d’un ou d’une cinéaste.  
La musique originale est un des éléments de langage du film, comme le scénario, mais aussi comme le décor ou l’image.  
La musique a l’infini poids de la légèreté.  
Sa puissance expressive n’est pas à démontrer.  
Les grand.e.s cinéastes savent s’en servir à merveille ! 
 
Béatrice Thiriet


Séances consacrées à Béatrice Thiriet animées par Jérôme Diamant-Berger, en présence de Dominique Cabrera.