Le Nouveau monde
Vincent Sorrel
2017 - 68 min - Video 720p/HDV - Couleur - France

Le désir du film est né alors que le projet de construction d’un nouveau Méliès n’a pas été soutenu par le CNC en 2008 à cause de la concurrence que cet agrandissement pouvait représenter à Grenoble. C’est parce que ce cinéma, issu d’un ciné-club en 1967, pouvait disparaître que je me suis attaché à filmer sa construction. Depuis les coulisses, l’attention portée par l’équipe du cinéma au spectateur est évoqué filmiquement à travers l’attention portée à a fabrication du lieu. Le chantier rend la question de la place du spectateur concrète. Elle est aussi politique alors qu’il s’agit de défendre l’idée d’un cinéma "habité" à travers un travail de programmation, d’accueil du public et de projection des films.
Le changement d’échelle vient bouleverser cette dimension humaine, tout comme la numérisation. Pour le spectateur, rien ne change ou presque. Le lieu est nécessairement plus grand, pour des questions économiques mais aussi pour attirer un public nouveau et proposer une plus grande exposition des films. Avec ce chantier, la question du devenir de ces salles Art & essai se pose alors que les logiques veulent voir disparaître ce type d’exploitation.
Je suis attentif à cette transformation : ce que l’on quitte, un cinéma associatif de quartier, et ce que l’on va trouver, un lieu de vie avec trois grandes, un café et un espace pour des ateliers avec le jeune public. Ce cinéma de quatre-vingt-seize places aurait fermé s’il ne se réinventait pas mais alors que l’ancienne salle de la rue de Strasbourg est démolie, c’est bien un cinéma qui renaît. Un cinéma où la mention Art et essai a été inscrite en béton sur la façade.
Le nouveau monde parle de l’attachement des spectateurs à une certaine idée du cinéma comme un lieu de proximité. Sans l’engagement des personnes qui le font vivre, ce cinéma aurait disparu. Le film rend hommage à ces lieux, à leurs fragilités, à ceux qui les animent.


Distribution


Distributeur : Vincent Sorrel