Les États généraux du film documentaire 2019 Journée Sacem

Journée Sacem


La Sacem s’associe avec enthousiasme à la trente-et-unième édition des États généraux du film documentaire de Lussas, rendez-vous incontournable de la création audiovisuelle.
Qu’elle accompagne une scène ou qu’elle participe pleinement au récit, la musique est une composante indissociable d’une œuvre audiovisuelle : c’est elle qui donne le ton, rythme le film, installe une ambiance, marque un style ou une époque, intensifie les émotions…
Musique et image ont une histoire commune depuis toujours. C’est pourquoi la Sacem s’engage à valoriser la rencontre entre les auteurs-réalisateurs et les compositeurs, en soutenant la création et la promotion de musique originale pour les documentaires.
Comme il est de coutume, la Sacem propose une journée carte blanche afin de valoriser le travail d’un compositeur de musique originale. Cette année, c’est Éric Bentz qui sera mis à l’honneur. Ce dernier travaillera à partir de trois films documentaires réalisés par Clément Cogitore : Bielutine, Braguino et The Evil Eye, dont il a signé la musique, et également sur des extraits du film North de Leslie Lagier, programmé en intégralité le lendemain après-midi dans le cadre de la programmation « Brouillon d’un rêve ».
L’écoute de la pièce musicale née du travail de recherche mené par Éric Bentz pour la composition musicale de ce film rythmera également cette journée.
À l’issue de la projection de la sélection de documentaires de la Sacem, le compositeur Laurent Ganem remettra le Prix du meilleur documentaire musical aux réalisateurs Richard Minier et Édouard Salier pour leur film documentaire Africa Mia.
Une belle occasion de célébrer les trente ans d’un festival mettant à l’honneur le cinéma documentaire et la création musicale qui y est dédiée !

Bruno Lion
Éditeur
Président du Conseil d’administration de la Sacem


Une journée avec Éric Bentz

En parallèle à l’activité du groupe Electric Electric et au projet quadriphonique La Colonie de Vacances, je développe depuis des années un univers sonore sensible qui questionne l’idée d’effacement, du spectre. C’est en réaction aux projets très rythmiques cités plus haut et à partir d’instruments détournés, d’électronique et de field recordings que je façonne des textures pleines de souffles et de poussières, des formes faussement statiques, des structures lentes souvent empreintes d’une certaine mélancolie.
C’est lorsque l’artiste et réalisateur Clément Cogitore fait appel à moi pour son documentaire Bielutine que je fais mes premiers essais à l’image. Depuis je n’ai pas arrêté, étant absolument pris de passion par l’idée « d’audio-vision ». J’ai ainsi travaillé pour des fictions, du court au long métrage, des documentaires et des vidéos destinées à des musées.
Lors de cette journée aux États généraux du film documentaire de Lussas, j’évoquerai mon travail en collaboration avec Clément Cogitore, travail que nous avons développé depuis dix ans, de Bielutine à The Evil Eye en passant par Braguino.
Je parlerai aussi du documentaire de Leslie Lagier North et diffuserai des extraits inédits du film. Ce moment sera l’occasion d’écouter diverses pièces sonores qui illustreront la progression des échanges avec la réalisatrice.
Enfin je parlerai du dernier long métrage de Boris Lojkine, Camille (sortie octobre 2019), et de mon travail de la salle de montage au studio.

Éric Bentz


Séances animées par Arnaud de Mezamat.
En présence d’Éric Bentz.