Les États généraux du film documentaire 2020 Scam

Scam


Cette trente-deuxième édition des États généraux du film documentaire, nous l’avons tant espérée... L’espoir d’écrans gonflés comme des voiles, la lumière au bout du tunnel des perspectives qui s’écroulent pour beaucoup d’auteurs et d’autrices. L’espoir de retrouvailles au Village, de se nourrir du désir du public pour des films que nous avons visionnés depuis huit mois, comme si de rien n’était, pour conjurer le sort. Mais hélas, il n’y a pas de journée « Brouillon d’un rêve » cette année.
Avec Frédérique Pressmann et Paola Stevenne, réalisatrices du jury « Brouillon d’un rêve documentaire », nous tenons plus que tout à saluer les équipes de Lussas qui tentent depuis des mois, de rebondissements en rebondissements, d’autorisations en interdictions, d’organiser d’arrache-pied cette édition avec des moyens modestes quand d’autres accumulent les dizaines de milliers de spectateurs avec le soutien de l’État. Pendant ce temps-là, « Sous les écrans, la dèche ! », les travailleur·se·s précaires des festivals de cinéma sont eux aussi précipité·e·s dans le tourbillon, ni intermittents, ni salarié·e·s, sans fonds de soutien. Qui oserait dire qu’ils et elles n’ont pas été « créatifs » alors que beaucoup seront privés de leurs moyens de subsistance et que les modèles de diffusions des films sont entièrement remis en question…
La journée des « Brouillon d’un rêve » de la Scam n’aura donc pas lieu. C’est un crève-cœur, un déchirement, mais il y a des craintes, des refus dont il faut prendre la mesure, avec le plus grand respect. Car comment ne pas comprendre qu’après des années d’écriture, de recherche de financements, de tournages et montages, il soit si vital et si douloureux à la fois de devoir patienter encore pour partager son film, tout en tenant compte des dures demandes d’exclusivité de certains festivals... Nous avons choisi de suivre les équipes des films dans cette réserve.
La Scam – ses autrices et ses auteurs –, solidaire des États généraux du film documentaire et des précaires des festivals, vous donne rendez-vous dès la prochaine édition du festival dont l’équipe et l’état d’esprit lui sont si chers. Toutes et tous vont avoir besoin de vous spectatrices, spectateurs, de votre appétit, de votre curiosité, de votre soutien. D’un cri d’amour.

Lise Roure
Responsable de l’aide à la création et des bourses Brouillon d’un rêve de la Scam
Avec la complicité de Laetitia Moreau, présidente de la Scam